Pourquoi les routes guinéennes sont si mauvaises?

Pourquoi les routes guinéennes sont si mauvaises?
0 commentaires, 23 - 9 - 2016, by admin

Par Thierno Yimbering Diallo
Le pays du "professeur" président Condé va mal. Du moins en ce qui concerne les infrastructures routières. Que ce soit dans la capitale Conakry, entre la banlieue et Kaloum, ou dans le reste du pays, les routes guinéennes sont dans un piteux état. Le reseau est défectueux. Les usagers ont affaire à des cavernes plutôt qu'à des nids de poule. Le chef de file de l'opposition guinéenne croit savoir les causes de cette dégradation extrême du réseau routier guinéen. Il pointe un doigt accusateur sur les ratés de l'administration Condé.
" Par rapport à ces infrastructures, à cette gestion brouillonne du gouvernement de monsieur Alpha Condé. Ils ont attribué des contrats à des entreprises qui sont au bord de la faillite. C'est vrai, c'est des marchés de gré à gré. Mais, ils ont pris des engagements qui dépassent leurs capacités de financement.Les dépenses n'étaient pas inscrites dans les lois de finance. Ils n'ont pas pu payer à bonne date les factures des entreprises qui avaient embauché du personnel, qui avaient commencé des travaux. Aujourd'hui, ils sont en train de licencier", explique Cellou Dalein Diallo.
Avant d'ajouter: " Non seulement, ces entreprises risquent de fermer, mais, elles sont en train de mettre en difficulté le système bancaire. Parce que, beaucoup d'entre eux avaient emprunté de l'argent au niveau des banques qui ne peut pas être payé. Dans l'exécution du budget, les dépenses d'investissements n'ont pas été exécutées. Même si les recettes ont augmenté sous l'effet de la non baisse du prix des produits pétroliers, sur cette ligne seulement, le gouvernement a réalisé une plus-value de plus de 272 milliards de dollars d'impôts indus. Mais, malgré tout, le gouvernement, compte tenu des déficits, le gouvernement n'a pas pu payer les entreprises. La dette intérieure s'est accrue. ET les factures des entreprises n'ont pas été payées. Aujourd'hui, beaucoup d'entreprises, beaucoup de PME risquent de fermer parce qu'elles ont fait des prestations que l'Etat n'a pas payées. En 2015, on faisait les marchés comme ça. Sans tenir compte de la contrainte budgétaire".
"Aujourd'hui, les chantiers sont abandonnés. L'entretien routier n'a pas eu lieu. On doit faire l'entretien routier avant les grandes pluies. J'ai vu qu'on lançait les travaux d'entretien de la route Mali-Labé en juillet. Je n'ai jamais vu ça. Maintenant, on peut essayer de faire face à des points critiques. On fait les travaux d'entretien en saison sèche. L'entretien se fait en saison sèche d'octobre à juin. Donc on n'a pas fait d'entretiens parce que l'argent a été utilisé autrement. Les chantiers de construction, de reconstruction et d'entretiens périodiques n'ont pas été aussi exécutés", conclut le leader de l'Union des Forces Démocratiques de Guinée.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER