Retrouvez en temps réel et en continu des infos inédites sur le site phare de la Guinée

Les présumés vendeurs et consommateurs de la Kush", dans le viseur des Services Spéciaux

Les présumés vendeurs et consommateurs de la Kush
0 commentaires, 25 - 11 - 2022, by admin

Dans le but de freiner et d’éradiquer le trafic et la consommation de la drogue appelé ‘’Kush’’ à travers la ville de Conakry, voire le littoral guinéen, le Secrétariat général à la présidence chargé des Services Spéciaux et de la lutte contre le Crime Organisé, a saisi, le mercredi, 23 novembre 2022 au quartier Coleah-Imprimerie, dans la commune de Matam, une importante quantité de cette drogues et arrêté une vingtaine de présumés consommateurs.
Au cours de cette opération qui a eu lieu en bordure de mer durant 3 heures, précisément dans la zone baptisée « Chicago », le Secrétaire Général desdits services, Malick Koné a précisé qu’ils sont toujours dans la dynamique de la poursuite des criminels où qu’ils soient surtout dans le cadre particulier de la lutte contre la drogue qu’on appelle « Kush » qui fait assez de victimes au sein de la couche juvénile.
« Je l’ai tantôt dit, lors de nos premières présentations et interventions que la guerre contre la drogue à tous les niveaux est déclenchée. Alors nous continuerons à poursuivre cette lutte dans le sens où nous accompagnons l’Etat, le Comité National du Rassemblement pour le Développement (CNRD) et les services de sécurité pour éradiquer complètement ces fléaux. C’est ce qui a motivé notre arrivée ici, parce qu’après les quartiers Boussoura, Dixinn, etc. les points dans lesquels on peut trouver cette quantité de drogue que j’appelle poison. Parce que, sa seule consommation peut être fatale aux individus, les citoyens en général. C’est ce qui a motivé notre arrivée ici afin qu’on puisse mettre main sur cette quantité qui est là, interpeller les auteurs et les traduire devant les tribunaux chargés de les juger », soutient-il.
S’agissant de la précarité du lieu où cette mission a été effectuée, M. Koné a notifié que : « franchement on ne se sentirait pas en Guinée parce que, cet endroit ressemble à une ‘’Favela’’ ; c’est un endroit très dangereux, sans foi, ni loi ; les gens sont installés sans aucune autorisation"
« Là il y a assez de risques ici car le lieu n’est ni un port, ni un débarcadère ; vraiment c’est un endroit choisi pour faire tout ce qui est illicite dans cette vie. Il y a la prostitution, la drogue, la vente de boissons frelatées, etc. Mais ce que nous savons, dans les jours à venir nous allons essayer de démanteler tout ça là ; parce qu’il faudrait que les citoyens soient dans des logements vraiment décents. Ça c’est le rôle de l’Etat, leurs places ce n’est pas ici », insiste-t-il.
Par ailleurs, le Secrétaire Général des Services Spéciaux a félicité ses agents tout en soulignant qu’ils se sont mobilisés pour la cause et ce qui a donné ce résultat.
« Parce que ce qu’il faut préciser à ce niveau, qu’à chaque fois que nous avons effectué une opération, ça se passe sans effusion de sang ; c’est-à-dire dans la parfaite réussite d’une activité professionnelle où il n’y a ni blessé, ni mort d’homme. On fait le travail professionnellement. L’autorité nous encourage, nous soutient, on aimerait encore davantage qu’il y ait une synergie d’actions de toutes les autorités à tous les niveaux (sécuritaire, administratif, local). Qu’ils nous accompagnent parce que, souvent on est confronté à un soulèvement de la population ; car certains ne comprennent pas ce que nous faisons. On a besoin du soutien de la presse aussi pour vulgariser nos efforts et publier cela partout où il le faut».
Notons qu’après cette saisie, les populations riveraines se sont réjouies de cette descente des services spéciaux dans leur quartier. Parce que selon elles, ce lieu qui était leur ancien centre de loisirs s’est transformé en un véritable champ de vente et de consommation de drogues.
AGP

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER