Décès deToumany Sacko: paradisiaque repos pour l'homme d'Etat qui a été le tout premier à accepter d'accorder une interview à la Presse indépendante

Décès deToumany Sacko: paradisiaque repos pour l'homme d'Etat qui a été le tout premier  à accepter d'accorder une interview à la Presse indépendante
0 commentaires, 12 - 5 - 2022, by admin

Par Abdoulaye Condé
Grande perte ! Le décès de Dr Toumany Dakoum Sacko, en est une. Pour son Kouroussa natal, bien entendu, la Guinée, évidemment, l'Afrique de l'ouest, oui, sans doute, pour la Presse, également.
Titulaire de plusieurs licences et Master dans les sciences exactes et d'un doctorat d'état en statistiques décerné par une prestigieuse université de la République Populaire Polonaise de l'époque, Dr Dakoum Toumany Sako, a d'abord commencé sa longue et utile carrière par mettre à la disposition des élèves Guinéens et Africains, de toutes origines et catégories sociales, son savoir et ses connaissances à travers des cours donnés longtemps dans des écoles Guinéennes et à l'institut Polytechnique Gamal Abdel Nasser (IPGAN) aujourd'hui, Université de Conakry.
Avant d'aller servir la sous-région ouest africaine au niveau de la CEDEAO à Abuja où, par la qualité des services rendus à l'institution mais aussi avec le soutien du Président Lansana Conté, il a été accepté à l'unanimité par le sommet des Chefs d'Etat comme Secrétaire Exécutif (équivalent du Secrétaire Général de l'OUA).
À la fin de son mandat, il rentre en Guinée, devient Chef de Cabinet Civil du Président Conté, et dispense parallèlement des cours à l'université de Conakry. Plusieurs fois ministre, à l'environnement, Mines et Géologie, Jeunesse, Sports et Culture, c'est Dr Toumany Dakoum Sacko qui a conduit la délégation Guinéenne aux négociations avec les bailleurs de fonds à Paris pour le financement du projet énergétique de Garafiri.
Ainsi, après trois jours (27, 28 et 29 octobre 1993), de négociations au 6ème étage du Palais des Congrès de Paris, il parvient à boucler la totalité du financement évalué à l'époque à un peu moins de 200 millions USD (198 USD). À l'époque, seuls 10 % des Guinéens avaient accès à l'électricité, selon les spécialistes.
Gros potentiel hydroélectrique
Ainsi, après 7 ans d'études (confiées à EDF et Coyne et Bélier) et plusieurs infructueuses Tables rondes auparavant en Guinée et dans certaines villes européennes avec des bailleurs de fonds internationaux, l'Etat Guinéen était enfin parvenu à boucler le financement de ce barrage à Paris, avec la Caisse française de développement (CFD) à hauteur de 50 millions de dollars (un quart du total), plusieurs fonds arabes, la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Coopération canadienne qui ont accepté de débloquer l'argent. Je me souviens de l'explosion de joie à Conakry quand l'envoyé spécial de la RTG à Paris, Boubacar Bah, a annoncé dans le JT de 20 heures 30, la bonne nouvelle.
L'enveloppe financière obtenue, les travaux ont démarré en 1995 et ont pris fin en 1999, Dr Dakoum Sacko avait quitté le Gouvernement avec l'avènement de l'équipe Technocratique du Premier ministre Sidya Touré qui, avant le lancement des centrales de Garafiri, avait réussi à améliorer significativement et considérablement la desserte électrique de Conakry et environs par une fourniture de 24/24.
Mais, avant le grand remaniement de juillet 1996, Dr Toumany Dakoum Sacko était passé par le ministère de la Jeunesse Sports et Culture qu'il a également marqué de son empreinte avec la rigueur et le sérieux dans le travail.
Enfin, Dr Toumany Dakoum Sacko a été le tout premier ministre Guinéen à accepter d'accorder une interview à la Presse indépendante dite privée. À l'époque où celle-ci était considérée comme le bras de l'opposition, les hauts cadres de l'Etat, à commencer par les membres du Gouvernement, s'en mefiaient de peur de perdre leur poste. Il a le mérite d'avoir brisé ce tabou en 1995. Toujours disponible, ses bureaux étaient grandement ouverts à tous ceux qui exprimaient le besoin d'aller à la source. C'est lui qui a collé le sobriquet "Fèlèkè - Fèlèkè" à Tibou Kamara. Enfin proche du Président Lansana Conté, il a été un collaborateur fidèle et engagé politiquement sans pour autant être extrémiste.
Interpellé un jour, suite au passage d'un delateur chez le Président Conté comme c'est l'habitude en Guinée, sur le fait que son oncle soit un important pilier du RPG à Kouroussa, Dr Dakoum Sacko a répliqué n'avoir juré fidélité qu'en son seul et unique nom et que sur le principe, il restera digne jusqu'à son dernier souffle. Oui, Homme de parole et de conviction, il tire sa révérence sans s'être renié même une seconde. Repose en Paix, Digne et Honnête Homme, Patriote et Cadre compétent qui a été utile à ses compatriotes et à son pays. Bref, Homme d'Etat, tu l'as été.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER