Retrouvez en temps réel et en continu des infos inédites sur le site phare de la Guinée

Le culte de la personnalité ou le déni de la démocratie ? ( Tribune )

Le culte de la personnalité ou le déni de la démocratie ? ( Tribune )
0 commentaires, 15 - 4 - 2022, by admin

Par Alsény Sall, juriste et activiste de la Société Civile
En Guinée comme dans la plupart des pays subsahariens, le culte de la personnalité est le sport favori des pseudo-intellectuels : ils veulent rentrer dans les bonnes grâces du régime en place, cherchent à protéger leurs privilèges auprès du chef.
Cette pratique, aux antipodes des valeurs et principes de la démocratie sape les efforts de la lutte citoyenne pour l’instauration d’un Etat de droit, fabrique les Présidents omnipotents gouvernant en maître absolu en lieu et place des institutions démocratiques. Cela est inquiétant : ces pseudo-intellectuels n’hésitent pas à considérer les initiatives du gouvernement visant à améliorer les conditions de vie des populations comme des dons ou faveurs personnels du Président de la République.
Ainsi, ils sont prompts à servir à travers des discours creux que le Président de la République a fait un don de ceci ou de cela a X personnes ou Y personnes à chaque fois qu’une initiative gouvernementale est mise en œuvre. Comme si l’investissement lié à ce don venait directement de la fortune personnelle du Président la République et non des caisses de l’État!
Cette pratique très répandue dans les pays du Sud Sahara notamment, où la marche démocratique, en dents de scie, a contribué à phagocyter les institutions démocratiques et à favoriser la mal gouvernance avec tout son cortège de malheur.
En Guinée, cette pratique est monnaie courante pendant les différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays depuis son accession à l’indépendance le 02 octobre 1958. Le culte de la personnalité est pratiqué à chaque occasion de la mise en œuvre de certaines initiatives gouvernementales notamment par des hauts commis de l’État, des journalistes des médias d’État, des artistes ainsi que des religieux.
Lors de la prise du pouvoir le 05 septembre 2021, le Colonel Mamadi Doumbouya avait promis de mettre fin à cette pratique par la mise en place des institutions démocratiques fortes. Hélas, nous assistons à la résurgence de cette pratique, relayée sans scrupule par des médias d’État et des sites internet.
A quand l’éveil de conscience citoyenne et républicaine ?

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER