Insécurité en Angola : Mariama Diallo échappe de justesse à la mort

Insécurité en Angola : Mariama Diallo échappe de justesse à la mort
0 commentaires, 12 - 7 - 2014, by admin

Par Thierno Yimbering Diallo Le ministre Sanoussy Bantama Sow était-il en Angola pour prendre des disposition visant à sécuriser les guinéens et leurs biens ? Ou alors, s'agissait-il d'une simple promenade à Luanda pour y amuser la galerie ? Les guinéens d' Angola vivent toujours dans la terreur et la plus grande insécurité. Ils attendent en vain les effets de la dernière visite du ministre Bantama Sow sur les terres d' Edouard Dos Santos. Moins d'un mois après le passage du ministre en charge des guinéens de l'extérieur, vendredi 11 juillet, une guinéenne du nom de Mariama Diallo a échappé de justesse à la mort. Trois hommes armés jusqu'aux dents ont attaqué cette jeune compatriote alors qu'elle s'apprêtait à fermer son magasin pour se rendre à la banque. Il était 15 h, heure locale. " Des bandits ont voulu me tuer ce soir ( vendredi ndlr). Ils étaient au nombre de trois. Ils étaient armés. Ils 'mont pris la somme de 4230 dollars que je m'apprêtais à déposer à la banque. J'ai failli me retrouver à la morgue ou à l' hôpital", a témoigné la victime, résignée, qui ne sait plus à quel Saint se vouer pour être en sécurité et sécuriser ses biens. Les guinéens souvent pris pour cibles par des criminels en Angola. Ces compatriotes, partis en aventure dans l'espoir de trouver de meilleures conditions de vie, sont massacrés souvent et froidement par des malfrats avides d'argent facile. La dernière attaque contre la jeune Mariama Diallo prouve à suffisance que la visite de Bantama Sow n'a servi à rien pour le moment. L'insécurité des guinéens d' Angola semblent être aussi le cadet des soucis de la classe politique, notamment des députés de l'opposition, apparemment plus préoccupés par leur salaire que par le quotidien de leurs compatriotes de l'intérieur et de l'extérieur. En attendant les guinéens d' Angola sont livrés à la merci des criminels qui ne semblent jamais être inquiétés par les autorités angolaises.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER