Cliniquement morte pendant 45 minutes, une américaine ressuscite !

Cliniquement morte pendant 45 minutes, une américaine ressuscite !
0 commentaires, 19 - 9 - 2021, by admin

C'est une journée qui restera gravée dans la mémoire de cette famille de Baltimore, aux États-Unis. Le 2 juillet 2021, la grand-mère de la famille est revenue de chez les morts tandis que sa fille donnait la vie.
Ce jour-là, Kathy Patten, une américaine du Maryland, faisait du golf quand elle a reçu un important appel: sa fille était sur le point d'accoucher. Elle s'est alors précipitée pour être présente à l'événement, mais, à quelques pas des urgences, elle a soudainement été prise de malaise. La grand-mère a fait un arrêt cardiaque.
Plus de pouls, plus d'oxygène dans son cerveau: Kathy Patten était cliniquement morte. Pour autant, les médecins n'ont rien lâché et ont tenté pendant plusieurs minutes de la réanimer coûte que coûte. Au même moment, à seulement quelques chambres de là, Fifer, la fille de Kathy, était en train d'accoucher, rapporte le Daily Mail. Une situation invraisemblable qui s'est heureusement soldée par un happy ending.
Les efforts des médecins ont en effet porté leurs fruits. Près de 45 minutes après avoir été déclarée cliniquement morte, Kathy a ressuscité. Plus rare encore, la femme s'est réveillée sans séquelles ni dommages au cerveau, ce qui est souvent le cas lorsque ce dernier n'est plus oxygéné. Un vrai miracle médical pour de nombreux médias américains.
Juste à côté, l'accouchement de sa fille n'a pas été de tout repos. Mais après une césarienne d'urgence et de longues heures de travail, le huitième petit enfant de Kathy est né. Pour Fifer, le nouveau-né à littéralement sauver sa grand-mère. En la faisant venir au bon moment près d'un hôpital, la femme a pu être prise en charge très rapidement lors de son arrêt cardiaque. Tout est bien qui finit bien.
Slate.fr

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER