32 heures de retard: le calvaire des passagers d’un vol en France

32 heures de retard: le calvaire des passagers d’un vol en France
0 commentaires, 3 - 8 - 2021, by admin

La compagnie a multiplié les gaffes, au grand dam des voyageurs.
Ce samedi matin, le vol V7 2214 partant de Nantes pour Malaga devait décoller aux aurores, vers 6 heures. Qu’importe, les passagers ne rêvent que d’une chose : rejoindre le soleil andalou. Tout le monde monte à bord, l’avion se place sur la piste et là, subitement, l’avion fait marche arrière pour se garer sur le côté. Commence alors un véritable cauchemar qui se soldera par 32 heures de retard.
Une attente interminable
Les 180 voyageurs sont d’abord prévenus qu’un problème technique a empêché le décollage. Ils restent d’abord trois heures dans l’appareil puis leur compagnie, Volotea, les fait sortir. Une passagère raconte par la suite à France 3 qu’un autre vol est prévu à 14 heures puis à 18 heures, mais ils n’arriveront jamais. Ils sont alors forcés de se rabattre sur une chambre d’hôtel qui leur est offerte (avec cela dit un menu très sommaire pour le repas).
Lendemain matin, nouvelle tentative avec l’horaire de la veille, à 6 heures. Mais là, le calvaire continue. Le vol est reporté à 10h30 mais c’est encore raté. Le comptoir de la compagnie fermant à 11 heures, il devient encore plus difficile de savoir ce qu’il se passe. Finalement, à 14 heures le dimanche, libération : un avion part pour Malaga. Bilan de l’opération, 32 heures de retard donc. Mais ce n’est pas tout puisque dans le sens Malaga-Nantes, les passagers ont eux aussi été bloqués un certain temps à cause de ce grand cafouillage.
Volotea s’est depuis excusée par communiqué et jure avoir fait son possible. « Des bons de 20 euros ont été distribués à tous les passagers, tous les repas ont été fournis et également un hébergement gratuit a été offert pour la nuit du 31 juillet au 1er août », explique-t-elle. Pas sûr que cela suffise à réconcilier les malheureux passagers avec la compagnie.
Soirmag

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER