Quand Titi Camara révèle l'autre service du général Konaté à la nation guinéenne

Quand Titi Camara révèle l'autre service du général Konaté à la nation guinéenne
0 commentaires, 28 - 4 - 2020, by admin

Par Hamballi
En cette période incertaine de crise sanitaire sans précédent qui frappe largement la Guinée de Alpha Condé, l'ancien international Guinéen et ancien capitaine du Syli National, Aboubacar Titi Camara, s'est montré très reconnaissant d'un bienfait discret de l'ancien président de la transition en faveur des anciennes " gloires" du Syli National des années 80 et 90, a constaté Nouvelledeguinee.com.
L'ancienne star du Onze national a montré qu'il n'a pas une mémoire de poule. Alors que les débats font rage dans la cité sur le traitement controversé que l' Etat réserve à certains artistes et footballeurs qui ont hissé, au firmament, le tricolore national, l'ancien attaquant du cador anglais, le prestigieux Club de Liverpool, a rappelé que le général Konaté est l'un des dirigeants Guinéens qui n'ont pas jeté, dans les oubliettes de la poubelle de l' histoire, les " anciennes gloires" de la sélection nationale.
Sans langue de bois, Aboubacar Titi Camara a proclamé, haut et fort, que, pendant la transition militaire de 2010, " El Tigre" a fait recruter, au sein de la fonction publique, quelques anciens pensionnaires du Syli National alors dans une détresse qui ne dit pas son nom
Un geste hautement humanitaire et patriotique que l'ancien capitaine et coach de la sélection nationale n'a pas voulu passer sous silence. Il a fait la révélation de l'acte de bonté de Konaté pour les ancien du Syli National sur les ondes d'une radio " indépendante" de Conakry.
Depuis quelques années, l'Etat guinéen aurait décidé de prendre en charge, financièrement, ceux qui ont marqué l'histoire de la Guinée dans le sports et la culture. Une liste a été élaborée, à cet effet, par le ministère en charge de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique.
Seulement, voilà. Les anciens joueurs du Syli National des années 90 et des débuts des années 2000, ont été ignorés par l'Etat. Il s'agit de la génération de Titi Camara, Salam Sow, le "Golden Boy", Abdoul Karim Camara, AKB, et tant d'autres.
Ces derniers rappellent qu'ils méritent eux aussi, à l'image de leurs aînés du célèbre Hafia77, de toucher à un salaire mensuel de 5 millions de francs guinéens. Bien qu'ils soient conscients de n'avoir jamais franchi le cap des quarts de finale à plus forte raison donner à la Guinée, la Coupe d' Afrique des Nations. Le titre le plus prestigieux du continent à côté duquel le Syli National et sa " génération dorée" sont passés en 1976 sur les hauteurs de Addis-Abeba.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER