L’Économie guinéenne paralysée par les manifestations alors que les craintes pour l’exploitation minière augmentent

L’Économie guinéenne paralysée par les manifestations alors que les craintes pour l’exploitation minière augmentent
0 commentaires, 28 - 1 - 2020, by admin

L’économie guinéenne s’effondre après des mois de rassemblements de masse suscités par les craintes d’un troisième mandat pour le président Alpha Condé, les analystes s’inquiétant même désormais du puissant secteur minier.
Les entreprises ont fermé et les manifestants ont pillé des biens, bloqué les routes principales et aurait arrêté les trains sur leurs rails, gênant gravement la circulation des marchandises à travers le pays.

« L’approvisionnement est totalement perturbé », a expliqué Boubacar Barry, économiste et ancien ministre des pêches.
Cela signifie une augmentation des prix pour la population dans ce qui est déjà l’un des pays les plus pauvres du monde malgré sa richesse en ressources naturelles.
« L’impact le plus évident a été la diminution du pouvoir d’achat », a-t-il déclaré.
Mariama Barry, propriétaire d’un supermarché dans la banlieue de Conakry, a déclaré que les bénéfices avaient chuté .
«Mieux vaut ne pas aller à Conakry»
« Tout le monde a peur de stocker des étagères parce que nous ne savons pas ce qui va se passer demain », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle employait également des agents de sécurité .
Zeze Guilavogui, chauffeur de camion, a déclaré que le transport des fruits et légumes de l’intérieur s’était arrêté.
« Il vaut mieux ne pas aller à Conakry pour éviter de se faire piller vos biens », a-t-il dit.
Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une alliance de groupes d’opposition derrière les manifestations, a appelé à des manifestations illimitées et non violentes .
Il a exhorté « les sociétés minières, banques, usines, stations-service et autres entreprises » à suspendre leurs activités, un scénario cauchemardesque pour Condé, 81 ans, qui tente d’attirer des investisseurs étrangers et de diversifier l’économie.
Au moins 26 civils et un gendarme sont morts dans les troubles à ce jour, selon un décompte de l’AFP, et d’autres manifestations sont attendues. Le gouvernement n’a pas répondu aux questions de l’AFP.
Source: Intellivoire

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER