" Agression" portugaise de 1970: Alpha Condé, un ancien " mercenaire" ?

0 commentaires, 22 - 11 - 2020, by admin

Par Hamballi
Novembre 1970. Nous sommes au plus fort des années de plomb du régime totalitaire et despotique de Ahmed Sékou Touré, " père" de l'indépendance guinéenne.
Le 22 novembre de cette année de braise, des " mercenaires" débarquent en Guinée et attaquent le pays sur de nombreux fronts. C'est du moins, la version officielle de Conakry.
Selon le régime, l'armée riposte et met hors d'état de nuire les " mercenaires" accusés d'être à la solde de puissances étrangères et d'opposants Guinéens en exil. Les " mercenaires" avaient pour misison, selon le régime de Conakry, de renverser Sékou Touré, accusé d'être sanguinaire et tyran.
Parmi ces opposants Guinéens en exil soupçonnés, à l'époque, d'en vouloir à Sékou Touré, un certain Alpha Condé.
Ce dernier est " condamné" à mort par contumace. En 2010, le capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte militaire qui dirige le pays, confirme, dans les médias, le " rôle" joué par Alpha Condé, en novembre 1970, au côté des " mercenaires" afin de déstabiliser la Guinée de Sékou Touré.
Dans une interview d'anthologie, le volcanique chef du Conseil National pour la Démocratie et le Développement affirme haut et fort que l'actuel chef de l' Etat se trouvait bel et bien " au large" de Conakry avec les mercenaires chargés de déposer Sékou Touré. Vrai ou Faux?
Alpha Condé, lui, rejette ces accusations. L'actuel locataire de Sékhoutouréyah se dédouane et révèle avoir condamné, à l'époque, avec la dernière énergie", la fameuse agression portugaise du 22 novembre 1970.
" (... ) Nous l'avons fermement condamné ( ... ) Nous avions plus durement condamné le débarquement que le PDG lui même ( NDLR: ancien parti au pouvoir ) ", rapporte notre confrère de Mediaguinee.
Alpha Condé déclare qu'il était prêt et déterminé à prendre les armes au côté du régime pour défendre la république de Guinée contre les " mercenaires".
" Nous avons publié un communiqué disant que si Sékou Touré à armer le peuple, nous serions prêts à le rejoindre pour nous battre contre les envahisseurs
", révèle Alpha Condé.
En attendant de savoir clairement qui a fait quoi dans la présumée " agression" portugaise de 1970, l'histoire retiendra que le régime de Sékou Touré en a largement profité pour faire une grande purge et se débarrasser physiquement de tous ses " opposants" ayant eu le malheur de se trouver sur le sol guinéen.
De hauts cadres ont été froidement et cyniquement exécutés en public. C'est le cas de Barry 3, ou Magassouba Moriba. Ces derniers ont été pendus au tristement célèbre Pont du 08 Novembre. Porte d'entrée de la presqu'île de Kaloum.


0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER