Politique: vers une mise en quarantaine de Alpha Condé ?

Politique: vers une mise en quarantaine de Alpha Condé ?
0 commentaires, 24 - 3 - 2020, by admin

Par Talibé Missidè
Alors que l' Humanité fait face, depuis décembre, à l'une des pires crises de son histoire, Alpha Condé a d'autres idées dans la tête. Et d'autres préoccupations.
Le 22 mars dernier, contre vents et marées, seul contre tous, le président Guinéen emmène ses supporters à un double scrutin qui porte sur les élections législatives et le référendum constitutionnel.
Sous la houlette d'un " ancien opposant historique" obsédé par une présidence à vie, la CENI organise le très controversé et décrié double scrutin sans la présence des véritables observateurs électoraux de la Communauté Internationale.
L' Union Européenne, l'Organisation Internationale de la Francophonie, la Communauté Economique des Etats de l' Afrique de l' Ouest, l'Union Européenne boudent le double scrutin de Alpha Condé. Ces grande entités motivent leur décision par l'absence des poids lourds du marigot politique guinéen, en l'occurrence l' Union des Forces Démocratiques de Guinée de Cellou Dalein Diallo, l' Union des Forces Républicaines de Sidya Touré et le Parti de l' Espoir pour le Développement National de l'ancien haut fonctionnaire de l' ONU, Lansana Kouyaté.
A en croire l'opposant Faya Millimono, Alpha Condé et son administration courent de gros risques, les semaines ou mois à venir, d'être mis au ban de la vie communautaire.
" Le double scrutin dont on parle, il y'a les élections législatives. Les législatives vont produire des députés qui vont siéger au Parlement de la CEDEAO, et qui vont siéger au Parlement de l' Union Africaine. Lorsque ces deux organes ne reconnaissent pas les élections, naturellement, Alpha Condé s'en ira avec ses députés là. ( ... ) La Guinée est devenue la paria aujourd'hui (... )", regrtte le leader du BLOC Libéral.
Et Faya Millimono d'ajouter: " Voir notre pays réduit à sa plus petite expression, ça ne fait pas notre fierté. Nous sommes en train de vivre, aujourd'hui, un drame dans notre pays. Alpha Condé croit que la Guinée se trouve sur une autre planète (...) Nous appartenons à cette Afrique. Nous appartenons à cette communauté ouest africaine".
Logiquement, le président Condé doit rendre les clés du pays en décembre prochain. Mais, à l'allure où vont les choses, l’octogénaire a de grosses chances de rester à Sékhoutouréyah pour quelques années encore. Le coût humain de cette opération controversée est élevée. Depuis dimanche, les violences policières auraient fait près d'une vingtaine de morts à Conakry et à N' Zérékoré, entre autres.
Alpha Condé pourrait réussir son coup: remplacer l'actuelle constitution par une nouvelle Loi Fondamentale qui lui donnerait, ipso facto, carte blanche de briguer un nouveau mandat. Le premier mandat de la nouvelle république.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER