Il y'a 9 ans piles... Dadis quittait tragiquement le pouvoir

Il y'a 9 ans piles... Dadis quittait tragiquement le pouvoir
0 commentaires, 3 - 12 - 2018, by admin

Par Hambally
Il était venu en " sauveur". Mais, il repart sur la pointe des pieds. Entre dans l'histoire par la sortie de secours. L'espoir suscité par son coup de force va vite tourner au cauchemar. Le capitaine Moussa Dadis Camara quitte son " trône", contre son gré, le 03 décembre 2009.
Ce jour fatidique pour le natif de Koulé, vers 17 heures, à la tête de son imposant cortège, le capitaine Moussa Dadis Camara quitte son " antre" du Camp Alpha Yaya Diallo. L'homme fort du pays met le cap sur Kaloum. Plus précisément au Camp Koundara, actuel Camp Makambo où est retranché son redoutable aide de camp, le commandant Aboubakar Diakité, alias Toumba.
Nous sommes à quelques mois seulement depuis que des hommes en treillis militaires ont massacré des opposants et violé des femmes, en plein midi, au Stade du 28 Septembre. La tension est vive entre le chef de la junte et son " homme de confiance", Toumba Diakité.
Si fait que l'ultime face à face entre les deux hommes au Camp Koundara vire à la tragédie. A peine avoir vu son " patron", Toumba dégaine. Sans pitié. Sans état d'âme. Il vise. Ouvre le feu sur la tête du capitaine Moussa Dadis Camara. L'homme fort est grièvement touché par les balles. Il s'effondre. Bascule dans le coma. Dans un bain de sang. Heureusement pour lui, les tirs de Toumba ne lui seront pas mortels.
Par contre, un de ses gardes du corps est atrocement tué. Makambo, en tentant de sauver le capitaine Dadis, y laisse sa peau.
C'est le début de la fin pour le remuant, tonitruant enfant de Koulé. Évacué d'urgence, le lendemain, sur le Maroc, pour des soins intensifs, le capitaine Moussa Dadis Camara signe, ainsi, involontairement, son départ du pouvoir qu'il "adorait" tant. Mais aussi son exil sans fin au Pays des Hommes Intègres. Le Burkina Faso.
Le tombeur du capitaine Moussa Camara, lui, se volatilise dans la nature. Sans y laisser de traces. Une aventure au Pays de la Téranga qui s'est récemment achevé avec son arrestation en raison de son statut de présumé responsable numéro 1 des massacres survenus au Stade du 28 Septembre, le 28 septembre 2009.
09 ans après le face à face tragique, sanglant entre le capitaine Moussa Dadis Camara et son aide de camp, Aboubakar Diakité, alias Toumba, cette nébuleuse est plus énigmatique que jamais. Une histoire pleine de zone d'ombres. Notamment en ce qui concerne les mobiles de la tentative d'assassinat, les circonstances dans lesquelles le tombeur de Dadis va prendre la fuite. Autant de questions qui pourraient intéressées, un jour, les juges qui auront la responsabilité de mener les enquêtes sur cette affaire.

0 Commentaires

Publiez le 1er commentaire pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas mis en ligne. Les champs avec un * sont obligatoires.
ENVOYER